Écrire pour le web implique souvent d’écrire pour être traduit. Soit dans le cadre d’une publication multilingue soit simplement par des utilisateurs étrangers qui convertiront vos textes à l’aide d’un traducteur automatique. Comment leur faciliter la tâche?

S’il vous est arrivé de traduire des textes, vous vous êtes déjà plusieurs fois arraché les cheveux devant une phrase à rallonge avec 3 subordonnées, 5 verbes et autant de compléments… Ce genre d’ »exercices de style « est parfaitement indigeste pour les traducteurs automatiques (comme Google translate) et donne des maux de têtes aux traducteurs en chair et en os.

La sobriété est un principe fondamental de l’écriture web. Dans toutes les langues, elle permet au lecteur de comprendre rapidement le propos sans buter sur des constructions de phrase complexes et hasardeuses.traduction

Écrire en phrases simples et courtes vous permettra en outre :

  • d’être traduit plus facilement
  • de gagner du temps et de l’argent dans la traduction
  • d’éviter les erreurs de traduction

Écriture web et traduction : même combat

Pour être traduit facilement, il suffit de respecter quelques règles de forme qui sont finalement très proches des règles d’écriture web :

  1. Éviter les phrases « à tiroirs », comportant de multiples compléments ou subordonnées
  2. Éviter la voix passive
  3. Éviter les doubles négations ou toute forme de « piège logique »
  4. Éviter les métaphores
  5. Laisser les mots qui vont ensemble former un ensemble
  6. Préférer l’énumération verticale (bullet list)
  7. Éviter les verbes creux
  8. Placer les mots dans l’ordre (le substantif après l’adjectif, le verbe après le sujet…)

Pas de jargon, du concret, de l’explicite

Sur le fond, le texte à traduire devra également respecter quelques critères :

  1. Employer toujours le même terme ou le même expression pour désigner une chose
  2. Éviter le jargon professionnel
  3. Éviter les mots abstraits à la mode
  4. Éviter les expressions idiomatiques ou liées à une culture particulière
  5. Utiliser le moins possible d’abréviations, sigles et acronymes
  6. Expliquer ceux qui sont employés

Un exemple : plus haut, j’ai utilisé l’expression « en chair et en os » qui ne peut pas être traduite mot à mot en anglais. Toutefois, l’expression est assez courante et Google Translate la traduit correctement par « in the flesh ». Ouf, sauvé!

Si vous respectez toutes ces règles, vos lecteurs vous remercieront dans la langue source, et vos textes seront facilement traduits avec un maximum d’exactitude. What else ?