Le saviez-vous ? La relecture est une étape indispensable dans la rédaction de textes en ligne. Pourquoi ? Parce qu’un auteur, aussi doué soit-il, livre rarement un texte parfait dès le premier jet. Que ce soit sur la forme ou sur le fond, on peut toujours le corriger, l’améliorer.

C’est pourquoi, le relecteur est un allié indispensable du rédacteur web. Mais comment choisir un bon relecteur ? Quelles sont ses qualités indispensables ? Comment les acquérir si l’on est amené à revoir des textes ? Les 7 conseils qui suivent vous aideront à trouver ou à devenir le relecteur que tout le monde s’arrache.

  1. Une orthographe irréprochable. Cela peut paraître rewriting-490x300-330x270évident, mais c’est indispensable pour dénicher les dernières coquilles qui auraient été laissées par l’auteur.
  2. Un sens aiguisé du style et de l’écriture web : le bon relecteur doit pouvoir reformuler des phrases trop lourdes, tailler dans le texte pour l’alléger et le faire respirer. Il doit pouvoir suggérer des liens supplémentaires et vérifier les liens existants (validité, pertinence…).
  3. Une bonne connaissance de la cible : écrire pour le grand public, pour les professionnels des ressources humaines, pour des commerciaux, ou pour des dirigeants d’entreprise, ce n’est pas la même chose. Leur langage n’est pas le même, leur niveau technique non plus. Un bon relecteur doit tenir compte de ces spécificités pour adapter sa relecture à l’environnement précis dans lequel se situe la cible du message. Il doit également tenir compte des spécificités locales ou régionales.
  4. Une maîtrise de la charte éditoriale : si des consignes rédactionnelles ont été formalisées dans une charte éditoriale, l’auteur doit les respecter. Et le relecteur doit vérifier que ces consignes ont bien été appliquées. Si nécessaire, il doit corriger ou signaler les écarts.
  5. Une connaissance du contexte et du canal de diffusion : le relecteur doit savoir quand, où et comment sera diffusé le texte. Sur la homepage ? Sur une fiche produit ? Dans une actualité, dans une newsletter ? Et quel sera le rôle du texte ? Générer des clics vers d’autres pages ? Susciter une réaction directe ?
  6. Un souci du détail. Un bon relecteur doit à la fois avoir le souci du détail pour débusquer la faute cachée dans une formulation hasardeuse, mais il doit aussi avoir une vue globale du ou des textes à corriger, afin d’en assurer la cohérence.
  7. Des notions de SEO (référencement) : l’optimisation du texte pour les moteurs de recherche, c’est normalement la tâche de l’auteur. Si ce dernier l’avait oublié, le relecteur doit s’en soucier. Il doit au moins en tenir compte dans ses corrections, pour éviter d’endommager le l’optimisation mise en place par l’auteur.

Bref, le bon relecteur devra être un obsédé textuel, amoureux de la langue, sans pour autant vouloir faire de la littérature à tout prix. Il devra garantir la qualité et l’efficacité des textes mis en ligne. Faire en sorte qu’ils correspondent aux attentes et au langage de la cible, et qu’ils remplissent la mission qui leur est assignée : attirer l’attention, susciter l’intérêt, le désir ou encore l’action.

Enfin, le bon relecteur devra faire preuve d’un peu de psychologie, afin de défendre avec tact ses suggestions ou ses corrections, sans froisser un auteur (un peu trop) susceptible.

Et vous, comment faites-vous pour faire relire vos textes ? Et quelles seraient vos suggestions pour améliorer celui-ci ?

 

 

 

 

 

 

 

Sur le même sujet :

Comment choisir un CMS ?

2012-01-25 22:01:11
webeditor

18

L’hyperlien : pourquoi et comment ?

2011-12-02 11:42:47
webeditor

18

Briller sur les réseaux sociaux – 30/11/2016

2016-10-25 22:11:18
jeanlarock

8

Prochaines formations

2016-10-12 17:15:10
jeanlarock

8

Merci !

2016-09-29 21:30:03
webeditor-piet

8

Features and Tools – demande de module

2016-09-21 10:58:35
webeditor-piet

8

Intranet

2016-09-17 20:57:53
webeditor-piet

8

Impressions Numériques et Offsets

2016-08-18 08:31:20
webeditor-piet

8